LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil


 Dans cette Europe "chrétienne jusqu’à la mœlle" selon l’expression de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie,
une mort sans baptême était la pire des choses puisqu’elle privait le défunt de sa seconde vie, éternelle celle-là.
L’angoisse des parents d’enfants morts à la naissance sans avoir pu être baptisés était indescriptible
et l’amour porté à ces tout-petits leur donnait une place privilégiée jusque dans la mort.
Ainsi, les enfants morts sans baptême étaient le plus souvent inhumés aux endroits les plus saints :
dans les canalisations du baptistère ou les fondations de l’église, dont les murs étaient creusés pour accueillir les petits corps,
dans le chœur, sous le parvis de l’église (surnommé "le Paradis") ou bien sous une gouttière :
ils étaient ainsi baignés pour l’éternité dans l’eau ruisselant du toit de l’église et sanctifiée. "

(extrait de "rites mortuaires" de notrefamille.com)

Sauver la vie spirituelle de l'enfant en le baptisant
était donc une priorité pour tout enfant en danger de mort à la naissance .
Cela supposait-il quelques abus
où l'enfant , bien que mort-né était déclaré vivant ?

 

&&&&

 Commune de Gimel les Cascades - Corrèze- 1695)

La question peut se poser pour ce baptême  "sur un bras" de l'enfant  "dans le ventre de sa mère ".
Le nouveau-né mourut cependant  "un moment après qu'il fut sorti du ventre de sa mère"

 

&&&&

Commune de Liergues (Rhône) - le 22 juillet 1665

Le curé ondoie un enfant avant sa naissance, "sur une main qui sorti hors du corps de la mere "     
A priori, seul l'enfant se trouvait en péril de vie puisque la mère semble avoir survécu.

 

Ad69-Liergues B1665-1666-114 GG2-Vues 3 et 4 


"Ce jourdhuy 22 de juillet
1665 a esté ondouyé un petit
enfant a mr françois pachard
et a françoise fontalin marchand
Boucher lyergues jay moy
cure soubsigné et vicaire de la
parroisse jay ondouyé le dit
enfant en la maison
en extreme necessité 
sur la mere devant sa naissance
sur une main qui sorti hors
du corps de la mere ou ablution
ainsi faite par dit enfant
et où vivant dans le corps
de sa dite mere (...)
après mort qui est la cause
qu'il n'a pas reçu les ceremonies
de leglise.
Le dit enfant
estoit male "
 

&&&&

Albigny (Rhône) -1707

Il arrive cependant que l'enfant survive après un baptême dans le ventre de sa mère. Il est alors baptisé "sous condition" puisque l'Eglise refuse qu'une personne soit baptisée 2 fois.

Cet enfant né le 10 octobre 1707 "a été baptisé sous condition parce qu il l'avoit deja été dans le bras au ventre de sa dite mère"

L'enfant décèdera 9 jours après.

 

 

Ad69-Albigny-3GG2-BMS1707-vue4