LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

Merci à Bernarde Debouny de Belgique qui m'a transmis ces dessins trouvés sur le groupe http://fr.groups.yahoo.com/group/depouillementmarne/
 

                                                                                                   

Dessins de personnages en marge des actes de baptêmes de la commune de Villersexel (Haute-Saône) entre 1725 et 1730
Ces dessins concernent uniquement les naissances illégitimes . Difficile d'en trouver la signification. 
D'autres signes sont parfois inscrits en marge de naissances d'enfants naturels, comme ce soleil le 31 janvier 1707 à Nantua (Ain)
Il est probable que le curé ait voulu mettre en évidence ces naissances dans les registres pensant devoir consulter les actes tôt ou tard
afin de retrouver le nom du père lors du mariage de l'enfant ou pour des raisons d'héritage. 

 

La rédaction des registres répond à des règles bien précises quant à la présentation et au contenu.
Mais les curés laisseront plus d'une fois s'exprimer leur imagination, pour notre plus grand grand plaisir !

Les Lettrines
L'ordonnance de 1667 sur les signatures dans les registres
Quelques croix et signatures d'illettrés 
Des signatures maçonniques

&&&&

Commune de Gray (70) -1629

Les lettrines sont utilisées en introduction d'un chapitre ou d'un paragraphe.
Sur cette page de registre , elles représentent différentes formes de profils humains
ressemblant beaucoup à ceux des gargouilles des églises
qui servaient bien sûr à évacuer l'eau mais aussi à chasser les esprits néfastes.
 

Merci à Dominique Druhen

        

 

&&&&

L'ordonnance de St Germain-en-Laye dite "Code Louis" de 1667 rend obligatoire :
la signature du père , du parrain et de la marraine sur les actes de baptême
la signature des conjoints et de 2 témoins au bas des actes de mariage
et la signature de 2 personnes de la famille ou de 2 amis proches sur les actes décès.
La mention "déclare ne savoir signer" est ajoutée si besoin.

Au 17ème siècle , les diverses lois sur la tenue des registres
n'étaient pas suivies partout dans nos campagnes ,
même si le curé d'Astaillac était bien décidé à les respecter au pied de la lettre ... avec 3 ans de retard !

Commune d'Astaillac (Corrèze)- 1671
 

"Livre des Baptemes Mariages et Mortuaires de
L'église parroissiale d'astaillac suivant
La nouvelle ordonnance pour l'année 1671

Aux Baptemes faut qué le parrain et marraine
signent ou qu'ils déclarent ne savoir signer

Aux Mariages faut que quatre témoings signent
ou qu'ils déclarent ne savoir signer

Aux Sépultures faut les deux plus proches parents
qui auront assistés signent  ou qu'ils déclarent
ne savoir signer "
 

 

&&&&

 

 

 

 

Numérotation des pages des registres rédigée par le curé Goiffon de Nantua (01) - 1743 -

Au 18ème siècle , c'est surtout l'écriture dite "ronde" que l'on utilisait dans les registres et les différents actes notariés (voir "Calligraphie . La Ronde ") . Cependant, savoir écrire était un privilège que bien peu possédait et les registres recèlent parfois de belles calligraphies que maitrisaient certains curés côtoyant la signature hésitante des paroissiens.
Certaines calligraphies très heurtée laissent à penser que , dans bien des cas,  nos ancêtres n'avaient appris que l'écriture systématique de leur nom sans en connaitre chacune des lettres .
La signature d'une croix autorisée pour les analphabètes semble très peu usitée dans les registres paroissiaux.
 

 

&&&&



Signatures en croix - 1855 St Bard (23)   Ad23 M1842-1880 vue43/119
 

                   Voici quelques signatures peu banales trouvées dans les registres paroissiaux du Bas-Rhin où les actes,
au 18e siècle, sont rédigés en latin ou en allemand.
Tous les intervenants, même illettrés, avaient pour habitude de signer.
Le curé écrivait le nom du signataire qui n'apposait pas une croix mais bien une marque distinctive en guise de signature !
 

  

         

Merci à Olivier Siegel qui a trouvé ces signatures dans les registres de Leutenheim, Kauffenheim et Beinheim (Bas-Rhin)
 

&&&&
Formée de 3 points alignés entre 2 traits parallèles, la signature de francs-maçons se rencontrent rarement dans les registres.
Pourtant dans cette commune de l'Isère, elle semble bien fréquente .

Merci à Emmanuel Obéissart                     


Signatures de francs-maçons - Commune de Montseveroux (Isère)- 1838 et 1834
Ad38 M1831-1874  Vue 45 et Vue 18
 

 

&&&&

Enfin voici quelques signatures hésitantes de paroissiens et celles de leur curé !

Signature du curé de St Hilaire La Gravelle  (41) -1784-

 

Signature du curé Amorand de Lochieu  (01) en 1590

 

 

Signature du curé Dugué de la Chapelle Enchérie (41)-1745-

   

 

Signature du curé Fornier de Martignat (01) -1711-

 

     

Signature du curé Raffin en 1743 à Saint Bonnet de Joux" (71)
Merci à Christian Corlay

Signature du curé Goiffon de Nantua (01)


 

 

 

Signature de Claude Dulac, marchand à Beaune en 1664.
(hors registre)

Trouvée par Alain Corneaux de généalogie21
et transmise par Dominique Druhen

 

&&&&


 

 

 

 

Signature du curé Boman Des Neyrolles(01) en 1609


La même signature en 1629, soit 20 ans plus tard !

HAUT DE PAGE