LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil
 

La canicule, bien souvent associée à la sécheresse, a été observée à plusieurs reprises en France dans les siècles passés .
( voir "Etés caniculaires , grandes sécheresses à travers les siècles"   et  "Les grands étés en France -1135-1800)

Cependant, il est difficile d'en évoluer la gravité car nous pouvons supposer que le thermomètre n'était autrefois ni généralisé ni sans doute très fiable.
Notons que certains historiens se basent la précocité des vendanges pour évaluer l'intensité de la chaleur qui régnait alors.

Entraînant une baisse des rendements agricoles , les chaleurs excessives peuvent aussi nuire à la santé de l'homme et du bétail jusqu'à en provoquer la mort.
De plus, les seules sources d'eau que sont les puits et les cours d'eau naturels deviennent vite insalubres engendrant des épidémies.
La vie se complique pour les habitants des paroisses qui doivent , entre autre, enterrer leurs morts le plus rapidement possible .


 

 

A Vitray-en-Beauce (Eure-et-Loir) en 1608, le curé nous fait part du décès de plusieurs travailleurs dans les champs à cause de très fortes chaleurs survenues les 2 premiers jours d'août qui se terminèrent par de gros orages de grêle.
Un jeune homme d'une autre paroisse s'est même noyé en se baignant.


"Ce vendredy premier jour d'aoust il fist telle
et vehemente chaleur quil y eut plusieurs hommes
estant aux champs qui moururent a cause de la
vehemence de la chaleur dont y en eut ung en ceste
parroisse qui y fut enterre ung qui estoit
des (  ) ung (  ) qui mourut aussy de
pareille mort . L'on tient quil y en eut trois
en la paroisse de Voves qui moururent aussy
en pareil et de telle mort toutefoys que j'entends
quil ny en eut que deux. Plus lon tient que
vers Chratres il en mourut aussy. Cest chose asseuree.
Il faisoit une fort grande et vehemente challeur
pendant ledit jour il se noyt ung jeune homme de
la paroisse de ( ) en se baignant. "

 


Ad28 Vitray-en-Beauce BMS1569-1624 vue162

Le curé de La Quinte (Sarthe) en 1707 mentionne 3 jours de fortes chaleurs durant lesquelles "plusieurs personnes en ont été etouffés , des boeufs estant morts sous le joug"

"1707 - Chaleur excessive.
En cette année il sest fait un mois de Juillet pendant 3 jours
une chaleur si vive que plusieurs personnes en ont été etouffés
des boeufs estant morts sous le joug "
traduction latine
"Esprit Saint, allume pour nos coeurs la lumière éternelle, et toi, Bon Jésus, libère-nous des flammes de l' Enfer "


Ad72 La Quinte BMS1674-1730 vue94/270


Dans la commune de Smarves (Vienne) , les grosses chaleurs firent une victime le premier jour d'août 1717.

"aujourd'huy premier jour d'aoust mille sept cent dix sept a este inhumee
dans le cimetiere anne duplanty agee de soixante ans femme du surnommé
goulle noire de la paroisse de St martial de montmorillon etoufee
par la grande chaleur en mativant dans les champs  (  ) "

 


Ad86 Smarves BMS1709-1726 vue49

 

Durant tout l'été 1767 , des records de chaleur et de sécheresse ont été relevés en France.
Afin d'éviter les épidémies dues à la putréfaction des cadavres, les morts devaient être enterrés rapidement, comme le signale le curé de Collonges (Ain) en 1767 .

 
Collonges- route nationale et hôtel Gindre

Commune de Collonges (Ain) - 1767 -


"L'an mil sept cent soixante sept et le neuf septembre est
mort sur les deux heures après minuit un enfant de Mr Jean
Etienne Dallor, né un quart d'heure auparavant et ondoyé
aussitôt après la naissance , lequel a été inhumé au cimetière
de Collonges le même jour à cause de grosses chaleurs ,
d'autant plus qu'il est venu au monde trois ou quatre
mois avant son terme . La dite sépulture a été faite en présence
du père de l'enfant et de Claude Thomas qui ont signé . "