LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

Le cœur et le corps séparés

Le corps des rois défunts subissait communément une préparation avant d'être enseveli.
En effet, les viscères, parfois la cervelle étaient ôtées du cadavre  ,
tandis que le cœur était prélevé pour être enterré séparément du reste du corps.
Pour les chrétiens, le cœur est le refuge de l'âme et de l'Esprit Saint 
et le séparer du corps permettait sans doute une vénération plus pure.
Mais pour le défunt, il s'agissait surtout d'honorer plusieurs lieux
et de reposer en plusieurs endroits qui lui sont chers .

Les rares exemples de séparation du cœur et du corps trouvés dans les registres paroissiaux concernent
des nobles  :
Eleonore de Bouillé épouse du Duc Henry de Baillon de Lude - 1681 à St Denis-d'Orque (72)
Mr François Michel Le Tellier Marquis de Louvois et d'autres lieux, Comte et Baron d'autres lieux - 1724 à Ancy-le-Franc  (89)
Michel Armand marquis de Broc -1775 à Parigné-Le-Pôlin (72)

Quelques cas d'embaumement des corps et leur mise "au plomb" est à signaler dans les registres de Maintenon.
un évêque :  Jacques d'Angennes  -1647 à Maintenon (28)
Madame Françoise Jussieu de Rochefort, Dame de Maintenon en 1647 à Maintenon
Le marquis Louis d'Angennes de Rochefort en 1657 à Maintenon
Notons que généralement dans ces cas de "mise au plomb", le cœur pouvait être séparément placé dans une boîte de plomb en forme de cœur. 

 

 

 

Quelques exemples de séparation du cœur, des entrailles et du corps

Sources : "Examen critique de la découverte du prétendu cœur de St Louis faite à la Sainte Chapelle le 15 mai 1843 " Ant. Jean Letronne


Commune de St Denis-d'Orque (Sarthe) -1681

La Duchesse Eleonor de Bouillé était parait-il une belle femme chasseresse qui donna naissance à la légende de "la Dame Verte " condamnée à errer éternellement au château du Rocher à Mézangers en Mayenne dont elle fut propriétaire et où elle ferait des apparitions régulières . (voir ici
Son corps fut inhumé " dans la cave des Seigneurs de Bouillé ses ancestres " en l'église de Porcé et son cœur fut porté à Lude,
" dans la cave des Seigneurs Comtes de Lude ancestres de mondit seigneur son mary "

"Le douziesme jour de Janvier l'an mil six
cents quatre vingt un deceda au chateau
de la Meute en cette paroisse haute et
puissante dame madame éleonor Renée
de Boüille espouze de monseigneur
Henry de baillon du Lude grand maistre
de l'artillerie, duc et pair de france
son corps fut inhumé le lendemain en
l'église de Porcé dans la
cave des Seigneurs de Bouillé ses
ancestres , son coeur porté au Lude et
mis dans la cave de mondit seigneur
son mary.  Resquiescat in pace "
 


Ad72 St Denis d'Orque BMS 1653-1699 vue189


Commune d'Ancy-le-Franc (Yonne) -1721

Son acte de décès rédigé le 3 mai 1721 nous apprend que Michel François le Tellier de Louvois est "chevalier, marquis de Courtanvaux, de Vilquiert et de Croussy, Comte de Tonerre et de la Ferté Gaucher , Baron de Montmirel, d'Amy le Franc et d'autres lieux, conseiller du Roy en ses conseils, Capitaine Colonel de la Compagnie des Cents Suisses de la garde ordinaire du corps de sa Majesté " . ( Voir son histoire ) .
Ses entrailles furent déposées dans le caveau de l'église d'Ancy-le-Franc , le reste du corps fut placé "dans le caveau de la chapelle de Messieurs de Louvois aux Capucines de la place de Louis Le Grand à Paris" .

 



"dont les entrailles seulement ont esté deposées
et renfermées dans le caveau de Eglise
dudit ancy le franc  (...) "

 Voir l'acte en entier
 


Commune de Parigné-le-Pôlin (Sarthe) - 1775

Michel Armand Marquis de Broc est aussi Commandeur de l'Ordre Royal , militaire de St Louis, Maréchal des camps et armées de Roi, Capitaine Commandant en la Province d'Alsace. Décédé le 4 avril 1775, son corps est inhumé dans le chœur de l'église de Parigné-le-Pôlin et son "cœur est reste en depot dans la chapelle du château des Perrais conformement au desir de mde la marquise de Broc pour estre ensuite depose en le lieu quelle jugera a propos"
 

Ad72-Parigny-le-Pôlin BMS1753-1777 vue164
 

 

Commune de Maintenon (Eure-et-Loir) - 1647

Françoise Juliette de Rochefort-Salvert , Dame de Maintenon, possède une ascendance illustre issue des Ducs de Saxe par son père et de la maison de Courtenay descendante des Capétiens par sa mère , généalogie que semble parfaitement maitriser le curé de Maintenon .
Elle est veuve de Charles d'Angennes , Chevalier et Marquis de Maintenon.
Inscrit dans les registres de Maintenon, le décès a cependant eu lieu à St Gervais-d'Auvergne où "son corps ayant été embaumé et mis au plomb fut enseveli avec ses ancêtres dans l'église paroissiale et ses entrailles portées dans celle de Salvert dudit diocèse ainsy qu'elle avoit ordonné"

 

 


Extrait Ad28 Maintenon 1646-1686 vue 30/36

 

Commune de Maintenon (Eure-et-Loir) - 1657

Louis d'Angennes de Rochefort est le fils de Charles et de Françoise Juliette de Rochefort dont nous avons parlés ci-dessus.
"Son corps ayant esté mis dans un coffre de plomb fut enterre en l'église de sceans au monument des deffunct seigneurs de maintenon "

 

Voir : généalogie de la famille d'Angennes
Le couple Charles d'Angennes et Françoise Julie de Rochefort apparait à la page10

 

 

 

 

 

 


Ad28 Maintenon 1646-1686 vue 30/36

 

Commune de Maintenon (Eure-et-Loir) - 1647

Jacques d'Angennes , sacré évêque de Bayeux en 1607 , est aussi un représentant de la famille d'Angennes . Il est le frère de Charles cité précédemment.
Son acte de décès s'accompagne d'éloges en ces termes :
" avec toute la reverence et dans tous les sentiments de devotion que peut avoir un veritable chretien en la reception de ces augustes mysteres auquel lieu son corps fut embaumé et mis au plomb puis de la a l'instance de haur et puissant seigneur mr Louis d'Angennes chevalier marquis de maintenon son neveu transporté en l'eglise de ceans "

 


Extrait Ad28 Maintenon 1646-1686 vue 27/36