LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

Les bovins, principalement touchés par les épizooties dont nous allons parler, servaient à l'alimentation (lait, viande)
au transport, à la culture et au labour ainsi qu'à la tannerie.
Les conséquences de telles épidémies sur le quotidien de nos ancêtres étaient donc considérables.

                
 

 

Nous trouvons peu de descriptions écrites d'épizooties dans l'histoire. Il est donc difficile d'en connaitre les causes et les effets dans les temps anciens.
La première mention d'une épizootie que j'ai trouvée dans les registres paroissiaux concernent la commune de Dompierre-sur-Besbre dans l'Allier en 1614.
Là aussi , peu de détail mais il semblerait qu'elle fut importante puisque le curé implore Dieu qui "nous veuille garantir d'un tel fléau .
 

 

 

 

 

Commune de Dompierre-sur-Besbre dans l'Allier en 1614.

"En l année mil six cens quatorze le bestail est grandement
mort Dieu nous veuille garantir d'une tel (...) "


AD03 Dompierre-sur-Besbre -B 1581-1695 vue 170  

L'épidémie mentionnée par le curé de Beaulon (Allier) en 1714 est la peste bovine qui ,de 1712 à 1714 , aurait tué 90% du cheptel européen. *
Cette épizootie débuta en Hongrie en 1711, puis atteignit l'Italie et toucha la France en 1714 . **
Lancisi, médecin du pape Clément XI, est alors chargé par celui-ci d'étudier l'épidémie et de proposer des remèdes. Il sera le premier a établir une base sérieuse de la prophylaxie utilisée par la suite par tous les vétérinaires et règlements sanitaires.***
Une de ces mesures est d'ailleurs illustrée par ces mots du curé "
on à vu que ceux qui ont eloignes leurs bestiaux des autres en des lieux eloignés en ont sauvé beaucoup "
La crainte était alors que cette maladie se propage à l'homme mais comme l'écrit très justement le curé, ce n'est pas le cas puisque "l
es hommes qui les travailloient et qui touchoient ces bestiaux n'en (ont pas été ) pour cela malades"

En 2010 par l'ONU et en 2011 par l'OIE, la peste bovine est déclarée  première maladie des bestiaux éradiquée dans le monde , grâce à l'usage massif du vaccin. *

*Voir Source et Wikipedia
** Sources ici  page 657
***Voir ici page 4 du document

"1714-  La mortalité des bestiaux en cette paroisse
a commencé depuis le mois d'aout en la susdite
année 1714 par les domaines des charla,
(suit l'énumération de tous les domaines touchés)
cette sorte de maladie n'etoit pas une peste
car les hommes qui les travailloient et qui touchoient
ces bestiaux n'en (ont pas été ) pour cela
malades . on n'y (...) rien bien qu'on y à
fait quantité de remedes dont l'on n'en a eu aucun
succès . la plus grande partie perissoit par le fiel
qui se grossissoit et corrodoit leurs parties
nobles et on à vu que ceux qui ont eloignes
leurs bestiaux des autres en des lieux eloignés
en ont sauvé beaucoup "

Commune de Beaulon (Allier) - 1714


AD03 Beaulon-BMS 1700-1719- Vue 130


A partir de 1740, c'est encore la peste bovine, aussi appelée le typhus contagieux, qui sévit dans toute l'Europe avec une apogée en France en 1745-1746.
Les 2 actes suivants témoignent d'une plus grande mortalité que celle de 1714
" Elle differe peu de celle de 1714 a l'exception quelle est plus universelle, plus rapide et plus meurtriere"   
" ce qui a causé une perte et une désolation considérable"
 
 

Commune de Beaulon (Allier) -1746

" La mortalite des Bestiaux
qui depuis cinq ou six ans a ravagée sans
discontinuer une infinité de provinces, a
enfin penetré dans celle cy cette année 1746.
elle differe peu de celle de 1714 a l'exception
quelle est plus universelle, plus rapide et plus
meurtriere. Elle cessa au mois de novembre;
et chacun (...) de remettre des bestiaux
dans les domaines; mais elle recommença
l'été suivant avec autant de progrès que la
première fois, suivit les mêmes domaines et 
quelques uns qui en avoient eté exempts en 1746
subirent en 1747 les sort des autres  (...) "
 


Ad03 Beaulon BMS 1740-1760 Vue78

Commune de Pouzy (Allier) -1746

" Qu'en mil sept cens quarante six les bestes à
cornes Boeufs Vaches Toreaux Veaux commencerent à
devenir malades et à mourir sur la fin du mois d'aout
dans la paroisse de Pouzy et au commencement de
decembre, il n'en est point ou presque point resté dans
tous les domaines et loageries de la ditte Paroisse
Ce qui a cause desolation et une perte très considerable " 

Voici le récit très complet de cette épizootie de peste bovine par le curé de la commune de Beaumont-sur-Sarthe en 1747 .
L'on y apprend que l'épidémie serait née dans " le royaume du Mogol thamas Coulican " . L'empire du Mogol est situé dans les Indes, en Asie. Certes la peste bovine vient de loin, mais à priori pas de cette contrée. Tout comme en 1714, elle aurait pour berceau la Hongrie. * .
Cependant, le curé donne de tels détails que l'on peut s'interroger sur la véracité de cette origine.
(Voir sur le sujet wikisource)
Il est en tout cas évident pour le curé qu'il "etoits visible que dieu se servoits de ce fléau pour punir où eprouver ceux qu'il jugeoit à propost " , punition de Dieu à laquelle la paroisse échappa puisqu'il n'y eut étrangement aucune trace de la maladie. 
Suit une description précise des processions organisées dans toute la région sur ordre de l'évêque du Mans.
La prophylaxie, dont l'efficacité était connue, s'appliquait très sévèrement . Le curé ainsi que le président du syndic de chaque paroisse devaient autoriser la sortie du territoire des bêtes saines uniquement et en cas d'absence de certificat de santé écrit, les contrevenants devaient payer une amende .

"Cette même année 1747 Dieu afligea cette province du Maine
d'une maladie contagieuse qui malgré tous les soins de Mr l'intendant
de tours fits périts quantité de Boeufs et de vaches, les autres animaux
n'en etoient point attaqués. on prétend que cette Maladie venoit originairement
du Royaume du Mogol thamas Coulican KouliKaan avanturier
s'etant emparé du throne de perse vers l'an 1730 fits la guerre au
Rou ou empereur du Mogol, il le vainquits et emmene en
perse quantité de Betail sujets a une certaine Maladie Epidemique dont
les habitants du pais Mogol savoient le guérir. ce betail porta la contagion dans le
pais où on operoits le remede, peu à peu le mal se communiqua
par la tartarre et la discorde dans tous les pais de Nord la (..)
(...) et ensuitte toute la france. on dits que deux bestes
qui avoient été à un marche où il y avoits du Bétail ainsi attaque
furent ammenés au Marché Mamers et qu'ils intecterent tous les autres
torreaux vaches et veaux qui s'y trouverent , lesquels porterent
dans leur Canton la Maladie Contagieuse. il y euts des paroisses aux
environs d'icy où il ne reste qu'une où deux vaches. on eprouva
les remedes qu'on pûts imaginer mais inutilements, il etoits visible que
dieu se servoits de ce fléau pour punir où eprouver ceux qu'il jugeoit
à propost; car tels animaux gagnoient le Mal où d'autres ne le
gagnoient pas. cette maladie fut la haine de quantité de fermiers
les propriétaires equitables les soulageoient et les secondoient selon qu'ils
pouvoient .

Mgr l'evêque du Mans crûts qu'il ne pouvoit apporter à un tel
mal de meilleur Remede que les prières. il ordonna que tous les (...)
devoients à la messe la prière intitulée dans le Missel (...)
et que chaque paroisse feroit un certain dimanche une procession
solanelle. en consequence nous fumes processionellement après
à la chappelle de St Pierre chantant après Peni creator et
dits en partants le sept psaumes de la pénitence , le clergé chantant
un verset, et le peuple le suivant; en revenants Nous chantames les
litannies des Saints . on alla le droits chemin et on Revint , selon
accoutumé dans les processions faites à St pierre, par le Bordage appelé
beaulieu. on fits la même procession aujubilé que le pape Benoit
accorda en 1745 pour demander à dieu la paix dans l'Europe
ce futs le 4 juillet qu'il arriva dans ce diocese et dura quinze jours.
Je crois devoir icy marquer à la posterité la grace que
dieu à faite à cette Paroisse en cette occasion. aucune des paroisses
circonvoisine n'a été exempte de cette maladie l'une plus l'autre moins
Mais la Misericorde divine à tellement protegé cette paroisse de
Beaumont que aucune Bête n'y est morte de cette maladie.
Chaque sindic et curé de toutes les paroisses étoient
obligés de donner un certificat de la santé de la bête qu'on vouloit
vendre sans quoy elle ne pouvoit sortir de la paroisse, où bien elle
auroit été saisie dans la paroisse voisine et le conducteur de ce boeuf
ou de cette vache condamné à deux cens livres d'amande: le Sr Gaimond
actuellement (président) sindic m'a donné le modelle imprimé de ces certificats, ils sont cy apres. "

AD72 Beaumont-sur-Sarthe BMS 1747-1754 Vues 32et 33  


En 1770, la Hongrie est à nouveau le point de départ d'une nouvelle épidémie de peste bovine.
La Hollande est d'abord touchée, contaminée par les cuirs importés de Hongrie .
En 1774, une grande partie de la France est atteinte, d'abord le nord puis le sud-ouest infecté par des cuirs débarqués à Bayonne*

D'après le curé de la commune de St Perdon (Landes), commune quasiment épargnée, la mortalité observée dans les autres contrées atteint 95% des bovins.

* Sources ici  page 657

 

 

 

 

Commune de St Perdon (Landes)-1774

"Cette année 1774 il a reigné dans tout les pais
de labour, (...)
une maladie epizootique sur les boeufs
qui ont ravagé, et ruiné tout les susdits pais
L'epizootie est venue jusque dans cette parroisse, mais
heureusement nous avons arreté, pour mieux dire,
la maladie , a fini quasi en naissant . Cependant
il est mort à narbis trois vaches et deux boeufs
(suit l'énumération des décès par lieu-dit) 
Le mal n'a pas été bien considerable dans
cette parroisse , respectivement aux susdits pais, et
aux parroisses situées au midi de celle cy ou
l'epizootie a emporté de cent paires de
boeufs ou vaches, les quatre vingt quinzes paires."

Ad40 St Perdon 1719-1792- vue 555/620