LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

 

Le milieu social et familial devait sans nul doute conditionner l'avenir d'un enfant
bien plus fortement autrefois qu'aujourd'hui.
Etre "bien né" et profiter ainsi du "privilège de la naissance" n'était pas le cas pour de nombreux enfants
dont les premiers pas dans la vie s'avéraient difficiles .

Ainsi le fils d'un " absent, errant et vagabond "  dans ce premier acte , ou bien
la fille d'une "imbécile par épilepsie " ou encore
la fille d'une " imbécile depuis quelques années et de père inconnu " plus bas dans cette page .
Une autre façon de décrire le même état d'esprit est utilisée par le curé
de St Etienne des Champs " sans avoir jamais eu aucune cognaissanse ny discernement
pour le bien ou pour le mal "

                                         

&&&&

Merci à Denise de Malissard (26) pour cet acte

Dans un édit de 1666  les vagabonds et sans aveu sont définis comme
« ceux qui n’auront ni métier, ni aucun bien pour subsister, qui ne pourront faire certifier
leur bonne vies et mœurs par personnes de probité, connues et dignes de foi,
et qui soient de condition honnête »

Commune de St Sorlin (Drôme) - 1756 -


(mariage)
"Jean Figuet fils légitime âgé de 33 ans de françois absent , errant et vagabond
depuis quinze ou seize ans et de défunte Marie Sibert d'une part , et
marguerite de fay fille légitime de simond de fay et de défunte madeleine
Ton , tous habitants de cette parr.d'autre (part) , ont reçu la bénédiction
nuptiale ce 4e 8bre 1756 aprés avoir fait les trois proclamations
canoniques sans avoir découvert aucun empêchement legitime
(...) "

 

&&&&

Valentine , fille d'une "imbécile par épilepsie "

Merci à Pierre Michel qui a trouvé ces actes
et à Dominique Druhen qui me les a transmis

Le terme "imbécile" devait probablement s'appliquer à de nombreuses maladies comportementales
comme l'épilepsie mentionnée ici ,maladie qui , rappelons le, n'est pas une maladie mentale et qui
n'affecte en rien les capacités intellectuelles du malade.  

Cependant , le Moyen-âge reconnait le malade mental comme possédé du diable
et la plupart des sacrements lui étaient refusés.
St Thomas d'Aquin s'était même interrogé sur la validité du baptême administré au "fou".
Il admit que pour ceux qui l'étaient dès la naissance , le baptême serait valide
mais que ceux qui le devenaient ne pouvaient plus recevoir le baptême
sauf s'ils en avaient fait  la demande avant de perdre la raison .  

C'est probablement pour signifier les limites des sacrements administrés à Valentine et à sa mère
que le curé inscrit le mot "imbécile" sur les actes suivants . 

 


Commune de Pleucadeuc (Morbihan) - 1766-1767
 

" L'an de grace mil sept cent soixante six le vingt six d'aout
Je soussigné ai baptisé une fille née le jour d'hyer du fait
d'anne pascot fille imbécile depuis quelques années et
de père inconnu , présenté au baptême par Louis
pasco père de la dite anne . parrain mathurin josse et
marraine Valentine pasco qui luy ont imposer le nom
de Valentine (...) "
 

Valentine , fille d'une "imbecille depuis plusieurs années par épilepsie et de
père inconnu
"
décède le 25 juin 1767

Anne Pasco "fille imbecille depuis quellesqu années par epilepsie " décède le 31 août 1767

 

&&&&

Commune de Plumaugat (Côte d'Armor) -1749

Née d'une mère " imbécile depuis quelques années et de père inconnu "

Merci à Hubert Guillemot du forum gen56 qui a trouvé cet acte
et à Dominique Druhen qui me l'a transmis

 

 

&&&&

Commune de St Etienne des Champs (Puy de Dôme)- 1714

Pierre Peyronnet âgé de 18 ans
"sans avoir jamais eu cognaissanse ny dissernemant pour le bien ny pour le mal"
est sans doute simple d'esprit et ne semble pas avoir reçu de sacrement à sa mort 

 

Haut de page