LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

 

Les étrangers en France, qu'ils soient résidents ou de passage, sont évidemment
très rarement mentionnés dans les registres paroissiaux donc catholiques.
Cependant, en voici quelques uns trouvés au gré de mes recherches et dont la présence est remarquable.

Un ambassadeur turc et son cortège 1721
Le baptême du fils et du cousin du roi de Madagascar 1657
Des princes indiens à Versailles 1788
Le baptême d'un fils égyptien 1603
Le baptême d'un turc 1646
Le baptême d'un esclave maure 1741
Le baptême d'une juive 1754
Sépulture d'un soldat irlandais 1690
 

 Commune de Salmaise (Côte-d'Or)-12 août 1721

Après les éléphants d'Hannibal, voici les chameaux de l'ambassadeur du grand turc revenant de Paris ! Cet ambassadeur est sans doute Mehemet Effendi envoyé par le gouvernement turc afin de rendre hommage au prestige de la France . Il débarqua à Toulon en octobre 1720 alors que la peste y sévissait et arriva aux Tuileries le 21 mars 1721.
Certes, ce cortège exotique de 90 personnes ne passait pas inaperçu, mais l'approvisionnement dont ses membres avaient besoin devait coûter fort cher à certaines paroisses sur lesquelles ils séjournaient. Ainsi, le curé de Salmaise mentionne dans son registre l'importance du cortège mais dresse aussi la liste de toutes les victuailles prélevées sur sa paroisse .

"Le 12 aoust 1721 est passé et couché à chameau
un ambassadeur du grand turc qui revenait
de paris ou il a sejourné pres de un mois il
était accompagné
de son fils, de quarante dragons
avec leurs officiers et 50 ou 60 turcs en arrivant
ils se munirent de 4 moutons, quinze poules qu'ils
egorgerent et pour assaisonnement 15 livres de
(...) , dix livres de miel deux livres d'huile
d'olive et quantité d'herbes de panets et carottes."


 

merci à Dominqiue Druhen qui m'a transmis
cet acte trouvé sur le forum généalogie21


 

Voir : La narration du voyage de Mehemet Effendi

"La magnifique entrée faite à Celebat Mehemet Effendi, ambassadeur des Turcs à Paris mars 1721"

Ad21  Salmaise BMS 1640-1792  vue302

Commune de Nantes - Paroisse Ste Radegonde  (Loire-Atlantique )
Le 23 janvier 1657
 


AM Nantes-Ste Radegonde B 1653-1668 Vue27

merci à Dominqiue Druhen qui m'a transmis cet acte
trouvé par Mme Guérin du forum de la base Roglo

 

 

Nous assistons ici au baptême de Diapanola fils du roi de Madagascar et de Djanphinola prince et cousin germain du roi , tous deux âgés de 10 ou 11 ans . 
Le premier sera baptisé Charles et le second Marie-Joseph.
En 1657, c'est le roi Andriantsimitoviaminandriandehibe (mais oui !) qui dirige Madagascar . Il n'était bien sûr pas en France lors de ces baptêmes et je doute qu'il n'y soit jamais venu. Mais les enfants eurent des parrains et marraines prestigieux comme Charles de La Porte , parent de Richelieu et Maréchal de France .

Extrait : "Le vingt et troisième jour de janvier mil six cent cinquante
sept, ont este baptisés par moy cure et sacristain
de Nantes sous signé dans mon eglise deux jeunes garçons tous
deux aagés environ de neuf à dix ans dont l'un est fils
du Roy de madagascar appellé en son langage Diapanola et
l'autre Djanphinola prince et cousin germain dudit Roy (...) "

Commune de St Mars-de-Cré(Sarthe)- 1788


Ad72 St Mars-de-Cré BMS 1740-1792 vue 199/222

 

 

Les alliances entre la France et l'Inde sont d'autant plus précieuses qu'elles avaient pour but d'évincer la Grande-Bretagne du territoire des Indes. C'est dans ce but et en espérant obtenir une aide française que Tippoo Sultan envoya 3 ambassadeurs à Versailles en 1788.
Ceux-ci furent accueillis par Louis XVI  le 3 août 1788 avec fastes et honneurs mais sans obtenir ce qu'ils voulaient. En effet, sortant d'une guerre couteuse et en proie à des troubles intérieur, la France ne souhaita pas relancer les hostilités avec l'Angleterre.

Le curé de St Mars-de-Cré qui mentionne cet évènement dans ses registres, semble d'autre part très sensible à la générosité de ces 3 émissaires indiens qui firent plusieurs "aumosnes" pour aider à réparer les dégâts considérables. causés par un ouragan de grêle arrivé le 13 juillet 1788.

"1788 : cette année sera mémorable (...) 
2° par l'arivée des princes indiens venus en ambassadeurs
a versailles . on leur a fait tous les honneurs possibles. sur
le récit qu'on leur fit des désastres causés par la gresle , touchés
de compassion, ils firent d'abondantes aumosnes. Mr de Suffren
arrivé à toulon avec eux fut leur interlocuteur et leur interprète ... "

Commune de Franchesse (Allier)-26 janvier 1603

Dès leur arrivée au 15e siècle. et parce qu'ils se disaient originaires de la "Petite Egypte", région représentant peut-être le Péloponaise, les Tsiganes d'Europe sont appelés "Egyptiens" 
De ce mot "Egyptien" est dérivé celui plus connu de "gitan".
Il s'agit donc vraisemblablement ici du baptême d'un enfant de Tsiganes.

 

"Le 26e jour de janvier
mil six cent et trois fut
baptise un fils egyptien de
anthoine Symon et de marguerite
garcelocart son pere et sa mere
egyptiens (...) "

Ad03 Franchesse BMS 1600-1715 vue21/659

blog sur Franchesse (03)    http://lepetitbourg-bonnais.blogspot.fr/

 

 

Ad89 Thury BMS 1607-1670 vues 107 et 108

 

Commune de Thury (Yonne) - 14 octobre 1646

L'île de Rhodes d'où est originaire ce jeune baptisé est perdue par les grecs en 1523  alors que Soliman Le Magnifique , l'empereur ottoman, s'en empare. Elle restera turque jusqu'en 1912.
De ce fait, Hiaphard Marad , né à Rhodes vers 1618 , est bien un turc. Il habite "en alger pais de barbarie" avant d'entrer au service de Jean de Richouftz, Seigneur de Thury et d'autres lieux . Il est baptisé à l'âge de 27 ou 28 ans sous le nom de Jean La Roche .

"le dimanche quatorzieme jour d octobre mil six
cens quarante six  environ dix heures du matin
a été baptisé par nous prieur curé sousigné
Jean la roche adulte agé de vingt sept a
vingt huict ans natif de Rhodes en turquie et
depuis a fait sa demeure en alger pais de
barbarie serviteur domestique de Jean de
Richouftz (...) "

 

 

Ad89 Nuits BMS 1730-1757 vue42

En 1642, Louis XIII autorise l'esclavage dans les Antilles françaises , permis dès 1455 par le pape Nicolas V . En 1794, la Convention montagnarde abolit l'esclavage dans les colonies françaises, mais il faudra attendre 1848 pour que soient libérés les 250000 esclaves qui restaient. *

Commune de Nuits (Yonne) -18 janvier 1740

Claude, ainsi fut-il baptisé, est un "esclave maure" venu de Guadeloupe âgé de 18 ou 19 ans . Cependant, malgré son statut d'esclave , on lui attribue, lors de son baptême , un parrain notaire et procureur et une marraine épouse d'un baron !

"Le dix huit janvier mil sept cent quarante en consequence
du pouvoir obtenu de Monseigneur Gilbert de Montmorin
de St herem Evêque Duc de Langres (...) avons
administré le sacrement de Bapteme a un esclave Maure
que Monsieur et Madame de Clugny avaient amené
avec eux audit lieu en france de la Guadeloupe agé
d'environ dix huit à dix neuf ans après l'avoir suffisement
instruit des verites de nos saints mysteres. Son parain a
esté Maitre Claude Caverot procureur fiscal dudit
Nouis et notaire royal et la marraine Dame Madame
Claire ode de Gilbert de Voisin epouse de Messire
de Clugny Praslay et Conseiller au Parlement de
Bourgogne qui l'ont nommé Claude
et (...) soussignés avec moy les jour et an que dessus "

* Voir source

 


Ad89 Augy BMS 1730-1759 vue 171

voir l'acte entier

 

Commune d'Augy (Yonne) - 28 mai 1754

Nous avons mention ici d'un baptême d'une jeune "juive de nation" de 18 ans.
Elle est fille de feu Daniel Roch converti à la religion chrétienne peu de temps avant sa mort et de Esther sa mère "aussy juif de nation".
Comme pour le baptême précédent, les parrains et marraines sont choisis dans la haute bourgeoisie.
Notons que la jeune baptisée sait signer.

 

Commune de Monetay-sur-Allier (Allier) - 1690

Des soldats irlandais intègrent l'armée française dès le mois de mai 1690.
Autorisés à accompagner Jacques II lors de son exil en France (voir sur ce site ) ,

ils formèrent les "brigades irlandaises".

Peut-être s'agit-il d'un de leur soldat que l'on retrouva mort dans une grange
où ses compagnons  l'avait laissé quand il ne put plus suivre. 
Notons qu'il était "armé d'un chapelet" et qu'on lui prit tous ses vêtements
sauf "l'habit ou il estoit mort " sans doute pour les vendre à un marchand drapier
dont il est question à la fin de l'acte. 

"obiit soldat
La neufieme jour du mois d'oust mil six cents nonante, jay ensepulturé
au cimetiere de nostre Eglise un soldat Irlandais que le Chirurgien de
son Regiment avec trois ou six soldats dudit regiment ou bataillon
qu il ne peut suivre davantage pour aller loger (...) ils
se rendirent en ce lieu et le laisserent dans la grange du
St mayet ayant perdu la parolle la memoire et jugement quand
ils ly ont laissé armé d'un chapelet et dict qu il etoit catholique
duquel je nay ouy parler que le lendemain matin qu'on mest
venu montrer qu il estoit trepasse . Une heure après a passe un
soldat qui suivaoit le dict bataillon qui avoit après sur le
chemin quil estoit demeurés un des leurs soldat et mort en
ce lieu il sy est transporté se disant (...) au dit bataillon qui a
pris tous ses habits et ceux quil portet avec luy pas le habit
ou il estoit mort a leur logis (...) n'ayant aucune arme  (...) "
 

AD03 Monetay-sur-Allier -1609-1699- vue 656