LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

A partir de 1687 , le climat se refroidit nettement en France entrainant une succession d'hivers rigoureux et d'été pluvieux .
Après la récolte médiocre de 1692, le gouvernement interdit l'exportation des blés.
Les récoltes sont à nouveau mauvaises voire catastrophiques en 1693 et la grande sécheresse en 1694 provoqua une famine dramatique dans tout le pays l'année suivante .
On estime le nombre de morts à 2 millions sur une population française totale de 22 millions.

( voir  extrait )
(
voir "1693-1694: Les années misères")

L'Auvergne ,quant à elle, aurait perdu le cinquième de sa population

D'après "Histoire de paysans, depuis la fin du moyen âge jusqu'à nos jours , 1200-1850". E.Bonnemère


Récolte de pommes de terre à Giat .


Ce légume fut introduit en France vers 1755 .
 

L'étude des registres paroissiaux de la commune de Giat (Puy de Dôme)
illustre bien la tragédie qui se déroulait à cette époque . Ainsi ,

en 1690 on compte 21 décès
en 1691 : 20
en 1692 : 36
en 1693 : 43
en 1694 : 68
en 1695 : 29

La mortalité en 1694 concerne principalement les adultes et les personnes âgées puisque sur les 55 décès mentionnant "l'âge du défunt , 30 personnes ont plus de 50 ans,
et la moyenne d'âge de toutes les victimes est de 45 ans .
 

 


Des inconnus et des enfants errent sur les routes en quête de nourriture qu'ils ne trouvent pas et finissent par mourir de faim.

Sur la commune de Dehault (72) , a été trouvée "le corps d'une fille à nous inconnue agée de douze à treize ans morte de faim dans une raye dans un champ"


Ad72 Dehault-BMS 1580-1699 Vue 479

Commune de Joux (69) -14 mai 1694

Acte de sépulture d'un "petit garçon mendiant qu on a trouve mort dans un chemin ce qui arrive tous les jours en plusieurs endroits a cause de la famine et de la disette "


Ad69-Joux BMS 1693-1694 reg.communal Vue12

 


Commune de Claveisolles (Rhöne)

On compte dans ce village 42 décès en 1693 et 85 décès en 1694, soit le double durant cette année où " a proportion touttes choses (étaient) d'un prix excessif ".

Comme le décrit le curé, la misère fut générale. Les gens se nourrissaient de pain de fougères ou d'herbes et "le peuple mouroit de faim sur les chemains ".

" nota, que en l'annee 1694 la misere etoit
si generalle; de sorte que le peuple mourroit
de faim sur les chemains ; ne vivant presque
que de pain de fougère ou d'herbe , le seygle valloit
cinq livres douze sols la mesure, le froment
sept livres et plus, le vings soixante franc
la botte, ainsi a proportion touttes choses d'un
prix excessif, Dieu aye pitié de son peuple
par ma misericorde paternelle"
De Vitrie, curé de Claveisolles

 


Ad03- Claveisolles-BMS 1693-95-Vue 25

Témoignage du curé de Monetay-sur-Allier

Les pauvres affamés partaient sur les routes pour trouver quelques nourritures et mouraient sur les chemins ou dans les granges. Les pauvres de "Lovergne et Limousin" envahirent, semble-t-il, la province de l'Allier accentuant la famine dans cette région..


"famine fort grande ladite année 1694
le fleau de famine na esté plus grand de memoire dhommes
par toute la france specialement depuis le Dauphiné jusques au dela de
paris, cette province se seroit soubstenue si elle navoit este accablee
des pauvres de Lovergne et Limousin, dont il en est mort grand
nombre hommes morts sur les chemins et dans les granges, il nen
est mort quantite ladite année en cette paroisse des pauvres passants
en sorte que nous avons administré les sacrements quand nous avons este
demande et donne la sepulture a ceux qui ont esté aportes et ensevely
Dieu nous preserve d'une semblable année qui a mis au tombeau une grande partie du petit peuple pauvre, le boisseau de bled mesure de Moulins
seigle valoit 50 livres en juin, on le ravissoit par force sur les chemins
a ceux qui vouituroient les bleds, cette disette cause aussy grand mortalite
toute lannee aux pauvres et riches. Jay ecrit ce que dessus pour servir de
memorial a la paroisse, sur le registre public et dequelle foy et la cloture.
J.B De Villers curé de ladite Eglise "
 


Ad03-Monetay-sur-Allier- S 1606-1699-Vue 699

Cette famine affaiblit considérablement la population, provoquant des maladies. D'après le curé de Montagny (Rhône), même la population d'habitude aisée fut touchée.

 "Il y eu beaucoup de maladies sur la fin de l'année
1693 qui ont continué en l'année 1694 et
beaucoup de mortallités particulièrement de gens
de qualité et Riches "

En juin 1694, c'est un convoi maritime de grains achets par le roi au Danemark et à la Suède qui entre sous les acclamations dans le port de Dunkerque sauvant ainsi la France de la famine. (voir ici p.127).
Cependant, dans aucun écrit historique n'est mentionné le blé turc dont parle le curé dans cette mention.
" La disette du bled a este si grande que la plus grande partie du peuple fut morte de faim si la turquie n'avait fourni du bled"

Ironie du sort : trop de blé fut envoyé à Lyon où "il en eut beaucoup de reste qui se gata et fut jetter dans la rivière" !

 



Ad69-Montagny-BMS 1694-Vue3

Commune de Joux (Rhöne)

Dans cette longue mention, le curé Combes de la paroisse de Joux rend les hommes responsables de cette famine, par leurs péchés et leurs excès : "les causes de cette disette ne peuvent estre autres que les pechés des hommes, leurs excès et autres debordements dans les temps de prosperité et d'abondance qui ont irrité la colere de Dieu et ont attiré ces fleaux  "

Le contexte politique aggrave cette situation avec "une guerre universelle de tous les princes de lheurope contre la france qui a deja dure cinq ou six ans (...) les impots excessifs sur toutes sortes de choses, destats, de conditions et de mestiers" 

Ci-après la transcription intégrale de cette mention décrivant  de façon très complète cette terrible famine.

" le quatorziesme may mil six cens nonante quatre, et le
mesme jour a esté enterré un petit garçon mendiant
qu on a trouve mort dans un chemin ce qui arrive tous
les jours en plusieurs endroits a cause de la famine
et de la disette de touttes sortes de vivres le bled seigle
valant douze livres le bichet et le froment quatorze,
le pain bis quatre sols la livre l'huile douze livres
la quarte, le niv douze livres lasnée et quatorse
les pauvres ne mangeant point de pain et ne
mangeant que des herbes par les prés et quelque
morceau de pain davoine toutte bourrue qui
se vend jusques a trois livres le ras, meurent
de defaillance par les chemins ou dans leurs maisons
après avoir langui quelques temps, les causes de
 

cette disette ne peuvent estre autres que les pechés
des hommes, leurs excès et autres
debordements dans les temps de prosperité et
d'abondance qui ont irrité la colere de Dieu et ont
attiré ces fleaux  qui sont une guerre universelle de
tous les princes de lheurope contre la france qui
a deja dure cinq ou six ans et na pas dapparence
de finir encor si Dieu ny met dautres dispositions
les impots excessifs sur toutes sortes de choses,
destats, de conditions et de mestiers, la stérilité
de l'année derniere qui a esté si grande quil ny
pas eu le quart de la recolte mesme dans les meilleurs
endroits, tout a esté sterile jusqus aux buissons
on ne trouve point de bled ny autres grains
pour de largent, on na fait venir quantité des
pays etrangers, de Barbarie etc mais cela
abonde peu, les villes retiennent tout et il est
defendu de sortir du pain de Lyon passé deux
livres par personne soubs peine damandes et
de chastiment aux boulangers, et de confiscation
du bled et du pain, et quand on la sorti la populace
des fauxbourgs et des petites villes et villages
et des personnes qui satroupes sur les chemins
et lenlevent impunement aux pauvres gens qui l'ont acheptés
on nattend plus que une peste generalle si Dieu
par sa misericorde na pitié de son pauvre
peuple, cette disette a commencé avec la guerre, et
par des gresles extraordinaire et a toujours
augmenté jusques a present et je ne sais quand elle
finira, Dieu le sait "

Ad69-Joux BMS 1693-1694 reg.communal Vues 12 et 13