LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

 

La grêle est aussi violente qu'imprévisible et en quelques minutes, elle peut anéantir les cultures et abîmer les toitures sur une petite surface de terre et ignorer totalement les parcelles limitrophes.

A cause des dégâts considérables et irrémédiables qu'elle peut provoquer dans une commune , nous trouvons de nombreux témoignages sur le sujet dans les registres paroissiaux .

Voici par exemple cet écrit remarquable en l'an 1573 - commune de Pont-de-Gennes dans la Sarthe où le passage de la grêle provoqua un "grand esmoy"

" L'an mil
cinq cens
soixante et treze
et le 5 may fut en grand esmoy
par champagné passa la gresle
le vingtseptiesme jour dudit moy "



 


AD72 Pont de Gennes BMS 1571-1635 Vue13


A Collonge au Mont d'Or (Rhône) en 1668, le curé parle de "ce flot de Dieu irrité " et l'on apprend que l'absence du vicaire de la paroisse pour affaire "causa (...) beaucoup de murmures" mais qu'il fit ensuite tout son possible "pour présenter à Dieu les voeus de tout le peuple en lamentation pour apaiser son ire ". 
Les dégâts semblent importants puisque la grosse pluie qui accompagna cette averse de grêle a "couvert en plusieurs endroits des bleds de terre a la hauteur d'un homme"


" En l'année 1668 et le 4 de juin il a greslé d'une
telle sorte dan colonges qu'il ne restat que fort peu de
formes dans les vignes et les bleds qui donnoient
une merveilleuse esperance aussi bien que les vignes et les
chanvres et les legumes furent accablés de ce flot
de dieu irrite avec toutes fois moins de mal que les vignes
le vicaire soussigné se trouva dans lyon pour des affaires qui
lui avoient appellé qui n'estoient pas de petite importance
qui causa ce soir sur les quatre heures que ce mal arrivat
beaucoup de murmures contre labsance dudit vicaire lequel
ayant faict son possible pandant que la gresle tomboit qui
estoit d'une heure de se randre dans l'eclise ou la dimerie
pour presenter a dieu les voeus de tout le peuple en lamentation
appaiser son ire , vient pandant une si grosse pluie qu'elle
avoit faict des fossés dans les vignes et couvert en plusieurs
endroits des bleds de terre a la hauteur d'un homme et apres cet
estat et apres ces afflictions receuts il donnat encor
la benediction du st sacrement par moy vicaire N. Fontaine "
 


Ad69 Collonge au Mont d'Or-B 1668 vue41


Il semblerait que la grêle cause toujours énormément de dégâts dans les vignes comme à Fontaine Raoul (Loir et Cher) en 1708 , mais ici, le curé insiste sur la taille des grêlons puisque "La plupart des grains de graile de cette nuée pesaient au moins une demie livre , plusieurs en ayant pesé "
Si l'on prend comme référence la livre de poids de marc ou livre de Paris = 489,5g, ces grêlons pesaient 245 g env.

"Le vingt trois de septembre 1708 sur les quatre heures du
soir il s'est formé depuis vendôme en deçà un orage
qui a ruiné les vignes qui étaient prêtes à vendanger
le long du loir en montant ; La plupart des
grains de graile de cette nuée pesaient au moins
une demie livre , plusieurs en ayant pesé . "

 


Et quand la grêle ne fait pas de dégâts "parce que Eole refusa son secours" , le curé peut laisser libre cours à sa poésie !
Ainsi,
" la grele qui tomba était grosse communement comme des noix confites sans en avoir le gout " !
Et "
on jouissait d'un calme charmant " à proximité de la tempête.

" Nous fumes grelés le jeudy d'apres la pentecote . la grele qui tomba
était grosse communément comme des noix confites sans en avoir le gout .
Elle ne passa pas le ruisseau qui est au bas de st Romain à Bossy , et au
dela il faisoit un tres beau tems . nous etions au milieu de la tempête
pendant que ces cotés la on jouissait d'un calme charmant . la grele ne
fit cependant point de mal , parce que Eole refusa son secours , dont on
lui sieu très bon grey ."

 Merci à Isabelle de St Malo bénévole sur le site registres18

Commune de St Romain sous Versigny - Saône et Loire - 1725 -


A Limonest
(Rhône) en 1758, une gelée tardive en avril et 4 averses de grêle la même année eurent raison des vignes et des autres fruits. Les difficultés économiques engendrées semblent importantes et "il  n'est pas difficile à comprendre qu'il n'y eut point de queste" .
Mais aux yeux du curé, seule la destruction des vignes revêt un caractère catastrophique !

" Lannée 1758 le 17 avril il y eu une gelée qui emporta
tous les fruits et levin. il ny eut a la portion du curé qu'une anée
de vin qui ne sentoit que les grapes, outre la gelé la paroisse
souffrit quatre fois la grelle. les habitants ne firent point
de vin ils mirent les grapes dans de tonnaux pour faire
de beuvande *, il nest pas difficile de comprendre quil ni eut
point de quete et le casuel frustré par lindigeance des habitants  "

*Beuvande = piquette

 

 


Ad69 Limonest BMS 1758 Vue9


Enfin , pour terminer l'illustration des dégâts causés par la grêle, nous nous rendons en 1762 dans la commune de Champaissant (Sarthe) .
Il tomba le 23 mai "une grêle extraordinaire (...) assez large et étalée pour se la servir à jouer au palet " Nous pouvons alors imaginer les dégâts causés qui créèrent "la disette pour ne pas dire famine"

" Ad Pertpetum, (...) rei Memorium
Le vingt trois du mois de may de cette presente
année, il tomba sur cette paroisse, sur les 6 h
du soir un jour de dimanche une grêle extraordinaire
d'une puissance considérable, de differentes figures
et surtout assez large et etallé pour se la
servir à jouer au palet, ainsi que je le vis
faire à des enfants. Tous les fruits, grains
et herbes furent perdus et gâtés. La
disette, pour ne pas dire famine, fut
extrême . Dieu nous préserve
de semblable fleau. Amen "

 


Ad72 Champaissant BMS 1760-1792 Vue16

 

HAUT DE PAGE