LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

 

Le Moyen-âge réserve bien des surprises en matière de coutume !
Ainsi, il en est une qui accordait la vie sauve à un condamné à mort
s'il était demandé en mariage (et s'il se mariait) , même quelques secondes avant son exécution .
Heureux donc les condamnés célibataires ! 
Cependant, l'honneur de quelques jeunes filles ayant "fauté" ne s'est-il pas trouvé sauvé par de tels mariages ?

Commune de Marsac-en-Livradois (Puy de Dôme) 31 mai 1660

Jean Ravalhon condamné à mort pour meurtre se voit demander en mariage par Marie Boucheyron
" qui a requis instamment le capitaine de la compaignie de luy vouloir accorder
ledit Jean Ravalhon en mariage
" quelques minutes avant l'exécution.
Le mariage fut accordé, et même si l'acte ne le précise pas , nous pouvons supposer que l'heureux époux fut gracié.

" L'an mil six cent soixante et dernier jour du mois de may Jean Ravalhon
soldat de pied du regiment de Mr de Xavallie ayant esté condamné a passe
par les armes par deliberation du conseil de guerre tenu entre les principaux
officiers dudit regiment a cause du meurtre commis de la personne de Estienne
Convers habitant au village des gayaures en cette paroisse et a cette
fin conduit hors le bourg de marsac a la place de la
(...) pour
estre executé, sa sentance ayant este leue publiquement et toutes
choses disposées. C'est presentee Marie Boucheyron qui a requis
instamment le capitaine de la compaignie de luy vouloir
accorder ledit Jean Ravalhon en mariage qui luy fut donné
et ensuitte le contrat de mariage passé au mesme lieu en
présence de plusieurs personnes qui ont signe ledit contrat avec Baisset
notaire royal, en apres conduit a leglise de St Jean pour celebrer
ledit mariage par paroles et qu'ils ont fait avec les sollennites
requises en ma presence et d'Antoine Sauvage soussigné chirurgien et
de gregoire Clauet qui a signe et de plusieurs autres qui nont
seu signer ledit jour et an "


Ad63 Marsac en Livradois M 1626-1665 Vue 53