LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

Dans les registres paroissiaux, il n'était pas rare pour le curé d'inscrire la cause d'un décès.
Les maladies les plus courantes étaient alors identifiées par des noms d'usage parfois régionaux et souvent en relation avec un Saint que l'on invoquait afin de guérir les maux.

Voici une liste non exhaustive des différents maux que l'on rencontre et les maladies qui leur sont le plus souvent associées.

Et nous verrons ensuite comment l'on peut mourir de "grand graine" à Moras-en-Valloire dans la Drôme !

 

Mal de St André      Dysenterie
Mal des Ardents ou Feu de St Antoine      Ergotisme gangréneux
Mal de Ste Blanche      Furoncles
Mal de St Cloud        Abcès
Mal de St Jean  , Mal de St Donat       Epilepsie
Mal de Ste Euphémie          Syphilis
Mal de St Fiacre     Hémorroïdes
Mal de Ste Geneviève         Syphilis
Mal de St Gilles      Cancer , Peur , parfois l'Epilepsie
Mal de St Job        Vérole, Lèpre
Mal de Ste Marie          Gale
Mal de St Marcoul     Ecrouelles 
Mal de St Mathurin         Folie
Mal de St Maur        Goutte
Mal de Ste Reine        Gratelle
Mal de St Roch         Peste
Mal de Ste Rose       Pellagre
Danse de St Guy         Chorée
 

Grâce au savant officier public M. Desortiaux de Sornac (Corrèze) , nous trouvons mention d'autres maux illustrés ci-après sur cette page : 

Fausse pleurésie
Maladie de langueur
Maladie de plénitude
Maladie de vieillesse
Maladie fiévreuse
Maladie putride
Maladie chatare

 

(Ad19 Sornac D1793-1796)



"etant attaqué d'une fausse pleurésie"     

"lequel est mort d'une maladie de langueur" qui définit le plus souvent un état de grande faiblesse morale et physique.




"etoit decedée dune maladie de plenitude"  qui correspondrait peut-être à l'asthme

"etoit décedé de maladie de vieillesse"  


"decedée d'une maladie fievreuse "


"(...) de maladie putride " qui désignait la peste au 17e siècle. La peste n'étant plus en France à la fin du 18e siècle, il s'agit sans doute ici d'une "fièvre putride" que l'on rencontre plus fréquemment dans les textes médicaux mais dont la maladie n'est pas identifiée.
 

"dune maladie appelle le chatare " qui pourrait être la maladie respiratoire nommée catarrhe
 


Commune de Moras-en-Valloire (26) - 20 juillet 1725

Voici un curé sans doute moins instruit des maladies que le curé de Sornac :
Le 20e juillet 1625 ay enterre à st
esprit Aymar Peillon lequel mourut de
grand graine
au bras droict et huict
jours après, je enterra sô fils aagé de
envirô 18 mois

Il faut bien sûr comprendre qu'il s'agit de la gangrène !



Ad26 Moras-en-Valloire Bms 1623-1690 vue74