LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

Nous connaissons les ravages du phylloxéra dans les vignes dès 1863 en France
et l'invasion catastrophique des doryphores dès 1922, mais nous ignorons que d'autres parasites
tels que les charançons ou les chenilles pouvaient être, autrefois, un véritable fléau pour les cultures.
Ces deux mentions suivantes inscrites dans deux registres témoignent
des dégâts provoqués par les chenilles en 1755 à Blanot (Sâone-et-Loire) et à Thorigny-sur-Oreuse (Yonne)

"(...) on n'a recueilly dans
cette paroisse aucun fruit d'arbres les chenilles les ayant tout mange
exepté des noix (...)"

Merci à Christian Corlay
Ad71 Blanot BSM 1751-1778- collection communale Vue40

"Les chenilles fait un grand tors aux arbres fruitiers
surtout aux pomiers et poiriers  qui ont peu rapportés."


Ad89  Thorigny-sur-Oreuse 1751-1761 5MI 925/11 vue47

Commune de Jonzais -Villefranche d'Allier (Allier)- 1697

Ces divers parasites devaient être à ce point maléfiques que le curé de Jonzais
écrira dans ses registres un exorcisme et un oremus (invitation à la prière) contre cette vermine !

"Exorcisme Contre la vermine qui gaste les
Bleds, charantons ou poux des granges et chenilles "

Merci à Jean-Louis Pernière
Ad03- cote GG 1-1687-1774 Villefranche d'Allier - BMS Vue25

Commune de Thorigny-sur-Oreuse (Yonne)- 1755

Durant 20 ans, le curé Gratian Dugaudin relata dans ses registres 
des événements aussi nombreux que variés à la fin de chaque année.
Notons que nombreux se retrouvent écrits mot pour mot dans des livres ou revues,
ce qui laisse supposer que le curé devait avoir accès à des journaux
dont il recopiait les articles importants.
Ainsi, nous trouvons dans ses registres, la météo, les guerres, le prix des denrées
mais aussi des remèdes pour lutter contre 3 parasites :
le charançon , la chenille et la nielle du blé , 
mentions plutôt rares et originales dans un registre paroissial !
 

Merci à Georges Houy qui m'a indiqué ces registres aux mentions si riches

Les Charançons

Cette recette se trouve textuellement dans un livre intitulé
"Secrets concernant les arts et métiers" paru en 1791 (voir ici p.174-175)
La mention recopiée par le curé datant de 1755 ,
nous pouvons supposer que le "copier-coller" existait déjà à cette époque !

Le traitement proposé à base de buis se justifie surtout par sa forte odeur
qui serait répulsive pour bien des animaux


Ad89  Thorigny-sur-Oreuse 1751-1761 5MI 925/11 vue47

 
"Remede specifique contre les charansons
Lorsqu'il n'y a plus de bled dans le grenier il faut semer sur le
plancher des branches de buis en assez bonne quantité les y laisser
jusqu'au tems qu'on y mettra le grain, ensuite les ranger contre
les murailles, en mettre sur les murailles, dans des trous , en pendre
aux chevrons, aux lattes, &, & les y laisser plusieurs années tant qu'elles
ne nuiront point .
S'il y avoit du bled dans le grenier il faudra mettre les branches
de buis dans le bled & aux environs, & s'il y avoit des charansons
dans le grange, il faudra entasser des branches de buis avec les
gerbes. Labsinthe est aussi un specifique contre les charansons"
 

Les chenilles

En 1769, "l'Albert moderne" reprend de façon presque identique
ce remède contre les chenilles (voir ici)

Le savon noir dont il est fait usage ici est ,encore de nos jours,
reconnu comme un insecticide biologique très efficace .

"Remedes contre les chenilles
Secret immanquable pour faire mourir les chenilles
Il faut prendre un peu de savon noir gras , se le battre dans
un seau plein d'eau, ensuitte on jettera ce melange avec un
goupillon sur les pelottes de chenilles nouvellement formées &
renfermées dans leurs poches, le matin avant le lever du soleil,
ou le soir après quelles sy sont retirées . une seule goutte de cette
eau mousseuse tombant sur la poche, bourse ou toille qui
renferme les chenilles, à ces heures, a la vertu de les faire crever
& de les detacher de leurs bourses d'où elles tombent, ainsi perit avec
elles leur nombreuse postérité sans quon soit obligé de bruler
leurs bourses ni d'écrasser les chenilles . "




Ad89  Thorigny-sur-Oreuse 1751-1761 5MI 925/11 vue47


La nielle du blé

La nielle du blé est provoquée par des nématodes (petits vers microscopiques)
alors que la carie du blé est due à des champignons.
Il semblerait donc qu'il y ait confusion à l'époque sur la dénomination de ces maladies du blé
dont l'un des symptômes est la présence de poudre noire dans les grains mûrs.


Ad89  Thorigny-sur-Oreuse 1751-1761 5MI 925/11 vue47


"Le bled noir ou niellé
On a remarque que la source de la carie ou du noir du bled provient de la
poussierre des grains de froment noir ou corrompus; ors pour se garantir de
cette maladie des bleds, il faut apres avoir lavé le froment dans de leau simple
il faudra encore le laver avec la lessive ordinaire ou bien avec de lurine de
vache ou humaine putrefié le tout meste de chaux vive.
Il faudra encore avoir attention que les pailles des epis noirs ou carries soient
bien pouris et de ne pas jetter ces pailles en terre sur la surface de la terre. prendre
garde que le grain ne soit point exposé à la poussière noire soit dans le grenier
ou dans la grange lorsqu'on bat le grain & employer le grain de la meilleure
espur pur de touttes salletes & qui n'ait point ete mouillé dans les champs."
 


 

HAUT DE PAGE