LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    

 

retour accueil
 

Jadis, vivre ensemble sans être mariés signifiait "vivre dans le péché".
Mais il semble bien pire pour l'Eglise d'avoir des enfants hors mariage !
Voici ce que l'on peut lire dans "L'ami de la religion" Vol 157 écrit en 1836 et en page 242 (ici)
"(...) les enfants illégitimes sont un danger pour la société; ils sont toujours prêts à grossir les rangs de l'insurrection et de l'émeute (...)"
Le même livre nous apprend qu'en France en 1852, le nombre d'enfants nés hors mariage était de 75 pour 1000 ,
et à Paris, en 1850 , il s'élèvait à 336 pour 1000 , soit un total de 9'979 sur 29'628 naissances.

A La Postolle et à Giat (ici) , le curé régularise la situation de couples non mariés
qui dans le premier cas ont des enfants "fruits de ce mauvais commerce "
et qui dans le second cas se sont fort repentis de "leurs crimes" !

&&&&

Commune de La Postolle (Yonne) - 29 mai 1759 


"Ce vingt neuf may mil sept cent cinquante neuf apres la publication
des trois bans de mariage faite au prône de la messe paroissiale par trois
dimanches consecutives, entre jean henry garçon majeur tailleur de
pierres, fils de deffunt louis henry de son vivant laboureur et deffunte
claudine moquet ses pere et mere de la paroisse de lusignon de
diocese de troyes d'une part et entre jeanne claude gody
fille majeure de defunt joseph gady de son vivant charpentier et deffunte
claude françoise Girardot ses pere er mere de la paroisse de gysson au diocese
de besancon d'autre part, je soussigné que ledit jean henry garçon majeur
et jeanne claudine gody aussi majeure; ayant demeurés dans ma paroisse
près de deux ans comme habitants; et comme homme et femme, ce qui s'est
trouvé faux par les declarations de l'un et de l'autre; ce voyant, ayant fait des
recherches et informations en bonnes formes et munis des extraits de morts de leurs
peres et meres, et pour eux les extraits des baptêmes, je me suis adressé à sens
a Monsieur morice preschante et Grand vicaire de son Emminence Monseigneur
le Cardinal de Luyne archevesque de sens, pour obtenir permission de les marier
et comme ledit jean henry s'est trouvé chargé de trois filles de differents
ages qui ont été les fruits de ce mauvais commerce avec jeanne cladue gody et
voulants rentrer dans le bon ordre l'un et l'autre, et vivre dans la suite en bon catholique
les ont presenté en reconnut et adopté pour leurs propres et vrays enfants devant
les temoins ce dessus denommés (...) "
 


Merci à George Houy pour cet acte de mariage
que l'on trouve dans son intégralité
aux AD89 La Postolle BMS 1754-1775-5Mi 504/5 Vue27

&&&&

Commune de Giat (63) -1730

Quand Charles Biaud et Jeanne Boisumeaux
avouent ne pas être mariés alors qu'ils vivent ensembles depuis 1729, date de leur arrivée à Giat,
que la dite Jeanne "s'etant trouvée fort avancée dans la grossesse",
le curé décide de les unir religieusement "pour éviter de plus grand accidens" .
"Les parties étant fort repententes de leurs crimes "
 

"charles biaud fils a feu jean et a jeanne debaumet natif de st jean dangel
 et jeanne boisumeaux fille a feu jean et a caterine girard de st pierre du chemin etant venus dans ma
paroisse le 27 avril 1729 je les ai reçu en qualité de mettre décole metant
rendu certain de leur capacité dans la persuasion ou jetois avec tous mes
paroissiens quils etoint maries ensemble ; cependant un an apres ayant
été avertis par eux meme quils ne letoint poin et jeanne boisumeaux setant
trouvée fort avancée dans sa grossesse pour éviter de plus grand accidens
d'ailleur les parties etant fort repententes de leurs crimes je leur ay donne
la benediction nuptiale en presense et par le conseil de mettre michel redon
balli de giat et de messire annet bessede prettre et curé de st alvard
le premier may 1730 apres leurs avoir fait jurer quil navoit aucun enpe
chement canonique ni civil et le public dailleurs croyant quils etoint mari
et femme .les dittes parties ont signé enquis ."
 


 

        Haut de page