LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

"Fuir comme la peste"
(voir " liste des épidémies de peste ") 

La peste, du latin pestis "maladie contagieuse" est aussi appelée peste noire ou peste bubonique.
Déjà présente à l'époque romaine, elle fit son retour en Europe en 1346, apportée par les Mongols lors du siège qu'ils firent de la ville de Gène.
Jusqu'en 1350, toute l'Europe ainsi que les pays musulmans méditerranéens furent touchés
Les historiens estiment que 30 à 50% de la population périt, soit 7 millions en France qui comptait 17 millions d'habitants avant l'épidémie,
et près de 75% de la population de Venise .
(voir Wikipedia)

Aux 16e et 17e siècles, la peste ne quittera pas l'Europe, apparaissant fréquemment dans différentes villes.
La peste quitte la France par la Corse en 1945.
(Voir la peste aujourd'hui)
 

Cependant, le terme de peste étant utilisé aussi pour d'autres épidémies,
on ne sait pas réellement de quelle peste il s'agit quand par exemple
le curé de Tronget (Allier) parle de "maladies pestilentielles" en 1583 qui l'oblige à se retirer dans un autre village pour pratiquer un baptême. .

" L'an 1583 en (...) des maladies
pestillanciel au bourg de tronget et
en aultres lieux  (...) dudit tronget
soubz signe suis retire au
village des breurons estant lieu saint
et pour administrer les saints
sacrements et messes en la chapelle
de marie magdeleine la dite
paroisse de tronget ossy ledit jour
jay batise marie fille de nicollas
bardonnet et de gilberte (...) "
 

 


Ad03-Tronget BMS 1568-1730 Vue66
Dans les registres paroissiaux, les témoignages de la peste abondent dans les années 1625 à 1650.
Ad89- St Fargeau BMS 1599-1676 Vue67
 

En 1628, le curé de Chambost (Rhône) mentionne "une grande peste en la ville de Lyon " qui tua environ "cent mille personnes tant petits que grands

"La presente Annee 1628 a este une
grande peste en la ville de Lyon et faict
on estat sur la fin de ladite annee dy estre
mort environ cent mille personnes tant
petits que grands"

Voir "la peste à Lyon en 1628/1629" p.174

 


Ad69 Chambost-B-1628 Vue4
Toujours dans le Rhône, le curé de Chiroubles parle du "temps de la contagion" en 1629 .

" la contagion commença en ceste parroisse de Chyroubles le 8e de may
1629 par l'infortunee vente d'un veau que Claude Rollet habitant de lad.
paroisse, vendit à un boucher de Villefranche, qui estoit infecte
du mal contagieux. Lad.vente feu le 3e dudit moys Jour de Ste Croix,
et le lendemain, Jehanne Dupont femme de Benoit Rollet personier
dud. Claude  , fut surprise dud.mal contagieux et mourut le 8 dud.
mois, et fut ensepulturee aud.cymetiere sans solemnité.
Mestral prêtre. "

La contagion ne dura que quelques mois puisqu'en août 1629,
"Benoit (...) est le dernier
qui mourut du mal contagieux dans lad. paroisse de
Chyroubles.  Dieu par sa saincte bonte et misericorde nous
veuille preserver de semblables afflictions "


Ad69 Chiroubles-S 1629- Vue1


Ad69-Chiroubles-S 1629- Vue2

La peste perturbe considérablement la vie quotidienne puisqu'il faut s'isoler de tout malade pour éviter la contagion : mise en quarantaine dans des cabanes comme nous le verrons à Nantua (Ain) , fermeture des villes et des villages ou encore impossibilité d'offrir une sépulture décente aux morts .
Ainsi en 1629 à Marchampt (Rhöne), plusieurs décédés sont enterrés dans les jardins ou dans les prés quitte à être transférés plus tard au cimetière.

"Le dimanche environ la minuit
deuxiesme decembre mil six vingt
et neuf furent enleves du pre
de la maison de du tonot  a sagnier  le corps
de Claude du tonot et de sa mere Claudine
monchanin et Jehan du tonot; lesquels on
avoit enterres a cause de la Contagion audit
pré le premier jour de novembre annee ci dessus
et furent portes au Cimetiere
dudit marchant. (...)   "


 


Ad69-Marchampt S-1629-Vue2


Nantua
(Ain) -1639
- "Morte de peste en cabane "

 


Nantua -Rue du collège

"Ce fut le 16 août 1639 , jour de la fête de St Roch, que le terrible fléau se déclara, et bientôt dans Nantua chaque maison comptait un décès et plusieurs pestiférés.
La peste augmentant chaque jour, la population presque entière s'enfuit de la ville et alla habiter sous les cabanes élevées à la hâte (...).
Sept cent quarante personnes furent frappées de la contagion dans le court espace de vingt jours et plus des deux tiers succombèrent (...) " . M.G.Debonbourg
( lire la suite . p.174 )

D'après les registres paroissiaux, il semblerait que seuls les malades de la peste étaient envoyés en cabanes où la plupart mouraient.
Le curé mentionne alors ceux "atteints du mal" qui " ont esté envoye en cabane"

 
Ad01 Nantua S 1636-1640 Vue13

"Ce jour Jean Gay, sa femme et
Bernardine se fille atteints du mal
ont esté envoye en cabane avec
leurs aultres enfants "


"Ce matin 20 Août Jeanne Marie
fille de Pierre Duraffour est morte
de peste en cabane (...)"

Ad01 Nantua S 1636-1640 Vue9

   Ad01 Nantua S 1636-1640 Vue10


Dimanche 7.septembre et le lundy suyvant
(...) ont esté mis en terre près de
leur cabanne dressé et la le pont de
port
Jean françois      !
Jeanne claude     ! enfants de Jean fournier
Estienne             !  et Jeanne
Et Marie Guillon
Philibert           !
Guillaume         ! enfants de Claude  "

Aux Neyrolles , à quelques kilomètres de Nantua , la peste sévit déjà en 1631 .

"Le vendredy 18 juillet en la
grange de Benoit Guillot en la
montagne, mourut la dite Marie
à 4 heures du matin , malade dès
mardy dernier . Le décès de son
père et de 7 autres a montré
qu'elle mourut de peste , le tout
durant un moys; "

AD01 Les Neyrolles BMS 1577-1641 Vue8

 

 


En 1637, la peste est toujours présente

"1637
Mardy 8 juillet Pierre Tavernier
et Hélène fille de feu André Potarel
se sont trouvé atteints de peste
et ont été conduit en un lieu
mesnagé sur le grand plan
et au soir Hélène est trépassée. "

 


Les Neyrolles-vue générale

 

 


Ad72- St Rigomer-des-Bois. BMS 1577-1681 Vue12

 

Durant toutes ces années, la peste est présente sur le territoire de France et fait son apparition pour de courtes durées dans toutes les régions.
Ainsi en 1638 à St Rigomer-des-Bois (Sarthe) , on peut lire dans les registres que "la contagion commença le premier aoust 1638 et dura cinq mois ".
Suit alors la liste des décédés par la peste pour "1638, annee de la peste"
1642 à Letra (Rhöne) le curé invoque Dieu et des Saints, particulièrement "saint Roch, saint Sébastien, saint Antoine et saint Charles " contre le "mal contagieux".

"Le 11e novembre 1642 este mort du mal contagieux
Que ce grand dieu par prières et intercessions de
la glorieuse vierge marie et de tous les saints et saintes du
paradis particulierement de messires st Roch, st Sebastien,
st Antoine et st Charles nous en preserve un 
garçon age d'entours douze heures appele pierre
fils de (...) "


Ad69 Letra MS 1636-1667 Vue11
Soigner les malades de cette maladie hautement contagieuse causait bien des problèmes. Il fallait se protéger au mieux de la contamination, d'où l'usage d'un masque, d'une tunique, de gants et d'une baguette par ceux que l'on nomme les "médecins de peste" . Très peu de guérisons sont observées dans un monde où la purge et la saignée du malade sont parfois les seuls thérapies appliquées.
Le curé de La Chapelle-Gaugain (Sarthe) en 1670 a du alors être fier d'inscrire dans ses registres une "recepte tres escellente et tres certaine approuvée contre la peste laquelle le sire Guillaume Chaudière a envoyée de paris"  (G.Chaudiere était imprimeur-libraire à Paris)
La recette est à base de Reine de Prés, connue pour faire baisser la fièvre grâce à l'aspirine qu'elle contient.
"vous direz apres l'avoir esprouvé que c'est un excellent remede après dieu" !

 

Accoutrement d'un médecin de peste qui consultait les malades de la pointe de sa baguette et respirait au travers d'un bec perforé bourré d'herbes odorifères qui masquaient les odeurs putrides.

" Il fault prendre de l'eau cy-dessouls mentionnée, en
prendre un doigt de deux jours l'un, et principalement quand on sort en
public, ou bien si c'étoit quelqu'un frappé dans douze heures, il
luy en fault faire prendre six onces, s'il est robuste et
puissant , huict, et qu'il se promene un peu, ce qu'il faict
facilement à cause de la dicte eau luy fera bon coeur, puis
se fera coucher, et il suera dehors toute la peste ; celui
qui l'essuiera fault qu'il en prenne un peu et qu'il rafraichisse
ses mains de vinaigre, apres en avoir frote ses temples et 
derriere de ses aureilles. vous direz apres l'avoir esprouvé que
c'est un excellent remède, après dieu.
pour cognoistre l'herbe de quoy il fault faire le dict remede,
prendrez une branche d'orme, la plus verte, je dis une branche
et vous vous en irez en un pré , le long de quelque ruisseau
ou petit fossé, et regarderez l'herbe qui semblera le
mieux à la dicte branche que j'ai dict la premiere, car elle

est toute semblable, elle se nomme vulgaris regina
prati, il ny a nul herbe lisse qui (...)
et en la cueillant, vous sentirez qu'elle sent
comme la pimpenelle et reseuille. , voila seroit
certain d'icelle. Vous en cueillerez tant que vous en pourrez
mettre en une chapelle ou alambic, et auparant que la
mettre en alambic, il faut qu'elle aye trempé dans
un pot net plain du plus excellent vin blanc que l'on poura
trouver vingt et quatre heures, puis tirer la dicte
herbe sans y laisser le dict vin blanc, et la mettre dans
l'alambic et la faire distiller lentement sans qu'elle
soit bruslée, puis la laisser jeter son feu dedans
une fiole deux ou trois jours, puis la servir;
tant plus elle sera vieille et meilleure elle sera. " 


Ad72- Chapelle-Gauguin BMS 1654-1690 Vue251

HAUT DE PAGE.