LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

 


Pollution et Réconciliation d'un lieu saint

Un lieu saint est dit pollué lorsqu'il subit plusieurs violations contraires à la sainteté du lieu , par exemple une effusion de sang humain, un meurtre , la sépulture d'un hérétique ou d'un excommunié , un acte sexuel ou la consécration du lieu par un évêque excommunié.
La célébration d'offices religieux et même l'usage du lieu pollué sont alors interdits tant qu'une réconciliation n'a pas été célébrée au moyen de prières et d'aspersion d'eau bénite.

Voir ici la pollution et la réconciliation des lieux saints

La réconciliation consiste à rendre au lieu profané et souillé sa pureté originelle afin que les fidèles retrouvent l'inspiration et la confiance pour y confier à nouveau leurs prières. La réconciliation est proportionnelle à la pollution et nécessitera donc plus ou moins de cérémonies et de rites, respectant ainsi le principe qu'une église ne peut être consacrée qu'une seule fois , sauf en cas de destruction par le feu.

Dans les registres paroissiaux, nous trouvons ainsi plusieurs mentions de réconciliation de lieux saints pollués mais pas seulement pour les 5 raisons citées précédemment.

Cimetière de Montfort-le-Rotrou (72) en 1749
Cimetière et église de Belleville (69) en 1580
Eglise de Fresnay-sur-Sarthe (72) en 1624
Eglise de Renac (35) en 1678
Eglise de Cours (69) en 1750
 

 

Commune de Montfort-le-Rotrou (Sarthe) - 15 octobre 1749

Voici un cas de pollution d'un cimetière causé par un labourage dont le curé ne nous transmet ici aucun détail et qui a entraîné l'exhumation de plusieurs ossements . Les cimetières n'étant pas toujours clos à cette époque, le labourage pouvait être causé par des animaux.

" le 15e 8bre 1749 en vertu du ministère à nous adresse
par monsieur le vicaire general de ce diocese en datte du 13 du present
mois et an signez ( )  avec paraphe nous curé de champagne
soussigné avons reconcilié le grand cimetiere de St andré ( )
( ) qui avoit
eté profané par un labourage qui avoit mis a decouvert un
grand nombre d ossemens de morts dans laquelle reconciliation nous
avons observé les ceremonies prescrites par le rituel , dans l assistance
des sieurs curé et vicaire de Montfort soussignés avec nous ( ) "


Ad72 Montfort-le-Retrou BMS1741-1752 vue128/170

 

Commune de Belleville (Rhône) - 24 janvier 1580

La pollution de lieux saints par des hérétiques est un événement fréquent . Ainsi, des huguenots ont souillé  le cimetière, l'église et l'autel de cette paroisse , soit en pillant ces lieux sacrés ou tout simplement en y pénétrant.

"Bénédiction et consecration
de l'esglise autelz et cimetiere
de belleville apres la
fraction pollucion faicte
par les huguenaux 1580
L'an que dessus et le dimanche
vingtquatriesme jour du moys de
janvier est venu en ceste ville mons-
ieur Jacques Maisgret de l'ordre des
carmes et suffragant de Lyon lequel
a benoict consacré et reconcilié lesditz
esglise autel et cimetiere, auquel jour
(  ) "
 


Ad69 Belleville 19GG2 1580 vue2

Commune de Fresnay-sur-Sarthe (72) -5 juin 1624

Dans le cas d'une pollution par la sépulture d'un hérétique comme c'est ici le cas, le corps doit être déterré et les lieux réconciliés. Nous noterons malgré tout le grand respect accordé au défunt dont le corps exhumé sera transféré dans une chapelle annexe.
 

" l'eglize
(  )  estoit polluee et
declaree telle par monsieur
l'official ( )
le sieur de mymbre hereticque
y avoit esté enterré le dernier
jour du moys de may audit an
et fut ledit sieur de mymbre
deterré du chaveau de ladite esglize
et transporté par le commandement
dudit sieur official dans une
petite chapelle annexe a ladite
esglize et icelle fut retranchee
de ladite esglize et la reconciliation
d'icelle esglize faicte en ma
presence par ledit sr official le
cinqme jour dudit present moys 1624"

 



Ad72 Fresnay-sur-Sarthe BS 1541-1660 Vue 244

Merci à Dominique Druhen

Commune de Renac (Ille et Vilaine) - 3 août 1678

L'église de Renac a été polluée "par la fureur avec laquelle le nommé Bourdon s'est poignardé luy mesme dans ladite eglise"

Après ce suicide, le vicaire général accorde l'autorisation au prêtre de procéder à une réconciliation du lieu.

"coppie de la permission de mr ledoux vicaire
general de monseigneur de vannes pour reconcillier
l'eglise paroissial de renac pollue du troizieme jour
du mois d'aoust 1678.
Nous permettons à monsr le recteur de renac ou en
cas d'empeschement à tel prestre quil jugera à propos
de reconcillier l'eglise paroissial de renac qui a esté
pollue par la fureur avec laquelle le nommé
bourdon s'est poignardé luy mesme dans ladite
eglise ( ...) "

La réconciliation de l'église sera faite environ 
"les dix heures du matin en presence de messieurs
les prestes de la ditte paroisse et d'une grande
afluance de peuple qui ont assiste et ensuitte
a la grande messe que j'ay celebré ce mercredy
dixiesme jour du mois d'aoust mil six cents soixante
dix huict"

 

 

 

 


 
Ad35 Renac-BMS 1677-1679 Vues24-25

Commune de Cours (Rhône) - 12 juillet 1750

Les vols dans les églises n'entraînent pas toujours une pollution du lieu. Le curé a sans doute été impressionné par la grande quantité d'objets sacrés dérobés d'une grande valeur .

Ainsi, "les miserables  ( ) ont pris le soleil ( )  le soleil seul valoit bien cinq cent livres , on tient que dans toutes les parroisses du dyocèse,  il n'y en avoit pas un plus beau"

Le curé en appelle en la justice de Dieu par cette phrase "Dieu veuille toucher les impies sacrilèges"

" Ce jourdhuy douzieme juillet 1750 l'eglise de St Estienne de Cours a
eté reconcilié et rebenite a cause du vol de tous les vases sacrés qui
a été fait la nuit du lundy au mardy dernier du present qui
consistoient en trois calices, dont l'un apartenoit a la prebende
fougerard et les deux autres a ladite paroisse, une ( ) le tout
dans la sacristie dont les voleurs avoient enfoncés et arrachés
un barreau de fer de la fenetre pour y entrer et on prit la clef du
tabernacle, sont sortis de la sacristie par le meme endroit, n'ayant
pas enfoncer la porte d'icelle, les miserables sont alés enfoncés et
enlever un autre borreau de fer et tres fort a la fenètre de choeur
du costé de l'Evangile ont ouvert le tabernacle avec la clef
qu'ils ont pris dans la sacristie, ont pris le soleil et en ont tirés
le croissant avec la ste hostie qu'ils ont reposés sur le corporatier
ont en outre pris le pied du St Ciboire et ont laissés la coupe
avec les Stes hosties dedans, le soleil seul valoit bien cinq cent
livres, on tient que dans toutes les parroisses de campagne du dyocese
il n'y en avoit pas un plus beau les officiers du lieu en ont dressés
un verbal , mais dieu veuille toucher les impies sacrileges fait
ledit jour et an que dessus.Peillon curé "


Ad69- Cours 66GG 6-BMS 1750 vue6