LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil 

 

   
Eglise de Nantua       

Problèmes de rédaction dans les registres !

Depuis 1667 , la tenue des registres en 2 exemplaires est obligatoire. Il existe "la grosse" de l'an échu qui sera remis au greffe avant la fin février de l'année suivante et "la minute" conservée par la paroisse après avoir été contrôlée et paraphée.
 

Notons que la déclaration du 9 avril 1736 interdit la "recopie" des registres
et rend obligatoire la tenue simultanée des 2 registres.
Ceci expliquerait les lacunes importantes que nous trouvons dans les registres
 de certaines communes avant cette date .

(voir " Les premières recherches dans l'état civil ")

C'est le curé de La Chapelle-aux-Naux (Indre-et-Loire) qui nous rappelle
l'importance de la bonne tenue des registres dans une annotation
"ad perpetuam rei memoriam" qu'il écrit en 1771.

Que penser alors de l'avis d'un mariage inscrit dans les registres de
Reims en 1723 ... sans aucune indication ! 

Nous pouvons supposer que le curé de Nantua (Ain) était étourdi
puisqu'il a omis de recopier complètement quelques actes !
Voilà qui ne simplifie pas les recherches des généalogistes !

Quant au curé de Bourg-Lastic (Puy de Dôme), il rédige carrément les actes
de mariage à l'avance et se trouve bien ennuyé quand celui-ci n'a pas lieu !

Commune de La Chapelle-aux-Naux 1771

Voilà sans doute un curé que les passionnés de généalogie peuvent remercier !
Pour palier à la mauvaise tenue des registres et aux nombreuses lacunes qu'ils contiennent, il les a "etiqueté couvert relié coté" et il va même réécrire certaines années car "quel tort ne cause ton pas par la négligence a des familles entières, dont les baptêmes, mariages et sépultures ne sont pas inscrites".
Cette mention pour la postérité se termine par une prière du curé en ces termes :
" Je prie mes confrères de se souvenir de moi (...) dacorder au nom de la Ste Trinite  de dire un Pater et un Ave en vue d'obtenir de Dieu la rémission generalle de mes fautes "

"ad perpetuam rei memoriam
Quiconque de mes successeurs voudra jetter un ( )
d'attention sur tous les registres de la chapelle aux naux,
verra aisément en quel etat ils etoient sous mes prédecessurs,
sans connective, sans ordre, par lambaux ... La maniere dont
je les ai etiqueté, couvert, relié, decidera de la peine
que je me suis donné ... n'aurois je fait de bien qu'en poursuivant
l'acte de notorieté pour toutes les omissions de l'année 1730,
1744, 1745, 1746, 1748, 1749, particulierement de la ditte année
1748, qui etoit en blanc.. Belle lecon pour tout les pretres
qui sont a la tête des paroisses . quel tort ne cause ton pas par la
négligence a des familles entières , dont les baptêmes , mariages,
et sépultures ne sont pas inscrites.  ( ) 

j'ai jugé a propos pour la
sureté du public, de les numeroter, cotter, tant sur la couverture
qu'au commencement et à la fin desdits registres ( ) .
je prie mes confrères de se souvenir de moi ( )
dacorder au nom de la Ste Trinite de
dire un Pater et un Ave en vue d'obtenir de Dieu la
rémission generalle de mes fautes ( ) "

 

 

 

 



Ad37 La Chapelle-aux-Naux 1627-1678 Vue4

 

Merci à Georges Houy

Commune de Reims - paroisse St Etienne 1726 

Voici une mention assez cocasse puisque le curé parle d'un mariage qui a bien eu lieu dans sa paroisse mais dont il ne connait rien du tout !  
Le mariage a été célébré par le vicaire , Mr Boillet , qui refusera de donner la moindre information à son sujet .
Pour quelles raisons ? Bien peu d'hypothèses me viennent à l'esprit : un mariage clandestin ou bien le curé et le vicaire se cherchaient-ils querelle ?
Le mystère reste entier !

"Nota que ce jourduy il y a eu en cette
paroisse un mariage qui a été fait
par Mr Boillet ce Jourd'huy lundy
neufieme du mois d'aoust dont l'acte
na point été ecrit parce que ledit Boillet
na point voulu men donner aucunne
connoissance"

 


Ad51 Reims paroisse St Etienne 1716-1724 Vue224


Commune de Nantua (Ain)  1711-1714

D'après l'acte ci-dessous, nous pouvons penser que le curé rédigeait à l'avance l'intitulé commun à tous les actes et qu'il les complétait au fur et à mesure ... mais pas toujours complètement puisque les autres actes n'ont que le nom des mariés ou des baptisés écrit dans la marge ! 

 

 

 

 

merci à Guy Fargeix

Commune de Bourg-Lastic (Puy-de-Dôme) -23 février 1784

Voici le jour où Antoine Richin et Antoinette Renoux ont bien failli se marier ! 
L'acte est rédigé entièrement puis rayé avec la mention
" Le susdit mariage n'a pas été célébré " !