LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil
 

A l'origine , "l'onction des malades" était administrée ,au moyen d'une huile bénite,
aux malades et aux souffrants afin de les guérir .
Ce n'est qu'au XIIème siècle que ce sacrement devient "l'extrême-onction" donnée aux mourants.
Le 21 novembre 1964, le Concile Vatican II rétablit "l'onction des malades" et en définit le rituel.
L'extrême-onction est alors appelée "le viatique" .
 

&&&&

Commune de Grand Champ (Morbihan) - 1683-

Sauver les âmes pour assurer le paradis éternel semble être la priorité du curé lors de ce décès.
La mère meurt subitement mais elle a eu le temps de faire une confession générale
et de recevoir l'extrême-onction.
L'obsession des curés de cette époque prend même ici un caractère macabre
puisque la mère fut ouverte en notre présence pour lui tirer
deux enfants pas plus longs qu'une paume de la main
.
Le curé confirme bien qu'il a vu remuer les enfants et qu'ils recevront le baptême .
et seront enterrés avec  les enfants que nous croyons dans la gloire
parce qu'ils sont morts avant l'usage de raison .


 Merci à Dominique Druhen : sa généalogie dans le Doubs


"Le dix septième jour de juillet mil six cent quatre vint
trois fut enterré le corps de Julienne le pan femme de
marc Brier meusnier du moulin de (...) laquelle étant
morte subitement ayant cependant fait une confession generale
autant que le (...) le peut permettre et reçu l'extrême onction
fut ouverte en notre presence pour luy tirer deux enfans
pas plus longs qu'une paume de main qui recevront le
St Baptême les ayant vu remuer et en vie lesquels
ont été inhumés séparément du corps de leur mère et
placer parmi les enfans que nous croions dans la gloire
par ce qu'ils sont morts avant l'usage de raison après la
reception du St Baptême au convoi desquels ont assisté
(...) "