LES ACTES et mentions INSOLITES DES REGISTRES D’ETAT CIVIL
    
 

retour accueil

Un peu de poésie ...

Les curés comprirent très vite que les registres paroissiaux leurs survivraient plusieurs siècles . D'où la présence de nombreuses mentions d'évènements autres que l'état civil qu'ils rédigeaient, la présence d'écrits parfois plus personnels ou la rédaction de quelques mots directement adressés aux lecteurs.
 


Ad52-Grenant NMD 1794-1800 vue116
C'est sans doute un texte très poétique qu'écrit le curé de Grenant en 1838 .
Il se situe à la fin du registre d'état-civil de la mairie en 1800.
 

" Comme le voyageur qui dans son court passage
se repose un moment à l'abri du vallon,
sur l'arbre hospitalier dont il gouta l'ombrage
avant que de partir aime à graver son nom,
ainsi je place ici le mien ... fait en souvenir
à Grenant le 1er janvier 1838 . Galissod curé "

 

 


Commune de Commentry -1635

"De bien faire trop ne demeure
      Car en peu de temps passe l'heure
Si biens fais bien trouveras :
      La joye de paradis tu auras,
En paradis pour recompense
     Si devant tes jours fais penitence ,  ( ) "
Quelques mots latins font suite à cette "poésie" en rimes .

    


Ad03 Commentry BMS 1635-1649 Vue60

A Thiel-sur-Acolin (Allier) en1631, c'est à son salut que  pense le curé Lepelin :

" Par mon travail
j'espère jouissance
de la vie éternelle" 

 


Ad03 Thiel sur Acolin S 1551-1721 Vue234
Le curé de Savigné-l'Evêque (Sarthe) s'adresse à Dieu en 1591 pour le prier de lui enseigner ce qu'il doit faire pour mériter le paradis  :

" Enseigne moy mon dieu
que ton vouloir je face
tant qu'au celeste lieu
je puisse veoir ta face "

 


Ad72 Savigné-l'Evêque BMS 1589-1659 Vue18

Eglise de Gex et le col de La Faucille  
 

Commune de Gex (Ain)- Table des BMS - 1739-40 (vue4)

Rédigeant la table des baptêmes , mariages et sépultures ,
le curé a malencontreusement laissé une page vide !
Voici ce qu'il écrit alors :
 

          


" Si on demande pourquoi il est resté du
blanc dans cette page, on peut répondre : parce qu'on
n'y a rien écrit
Les actes de la page ci-après suivent
immédiatement ceux qui précèdent celle ci
Manque rien  "
 

 

Dans le même genre, à la fin d'une mention sur la météo, les récoltes et le prix des denrées en 1777, le curé de Blanot(Saône et Loire)  écrit très justement :

"Qui plus n'a dit parce que plus ne sait "


Ad71Blanot BMS1751-1778 Vue196